Archives de Tag: Homme de Désir

Message aux hommes de Désir

 

Louis-Claude de Saint-Martin

« Toutes les fois qu’un homme de désir se sent pressé de faire entendre sa voix aux mortels, il ne peut s’empêcher de s’écrier : ô vérité sainte, que leur dirai-je ! Tu as fait de moi comme une malheureuse victime, destinée à soupirer en vain pour leur bonheur.
Tu as allumé en moi un feu cuisant, qui corrode à la fois tout mon être.
J’éprouve pour le repos de la famille humaine un zèle, ou plutôt un besoin impérieux qui m’obsède et qui me consume.
Je ne puis, ni l’éviter, ni le combattre, tant il me tourmente et me maîtrise.
Pour comble de maux, ce zèle infortuné est réduit à se nourrir de sa propre substance, et à se dévorer lui-même, faute de trouver à assouvir la faim que tu m’as donnée de la paix des âmes.
Il se termine sans cesse par des sanglots qui étouffent les sons de ma voix.
Il ne me laisse point de relâche, si ce n’est pour me plonger, le moment d’après, dans de nouvelles douleurs, et me laisser en proie à de nouveaux gémissements.
Et c’est dans cet état que tu me presses d’élever ma voix parmi mes semblables ! ! ! ! !
Comment d’ailleurs me ferai-je entendre des hommes du torrent !
Je n’ai à leur offrir que des principes ; et ils se répondront à eux-mêmes par des opinions, pour ne pas dire par des illusions insensées, et dont le prestige ne leur laissera pas même apercevoir leur mauvaise foi.
Je ne peux élever aucun édifice qui n’ait pour base leur être impérissable, et tout rayonnant de l’éternelle splendeur, et le dernier terme de leur science, est de s’assimiler à l’inerte et impuissante poussière.03
Je voudrais, en faisant renaître en eux l’orgueil de leur titre, les animer du glorieux désir de renouveler leur alliance avec l’universelle unité, et ils se sont armés contre cette unité, et semblent ne veiller que pour l’effacer du nombres des êtres.
Je souhaiterais, en ne faisant usage auprès d’eux que de la parole de vie, les amener à ne pas employer eux-mêmes un seul mot qui ne fût vivifié par cette intarissable puissance qui vivifie tout ; et à force d’avoir méconnu cette parole de vie, et d’avoir voulu se passer de son secours, ils ont transformé toutes leurs langues en autant d’instruments de confusion et de mort.
Mais avant tout, n’ai-je pas à me purger de mes propres souillures ! N’ai-je pas à prononcer solennellement mon divorce avec mes infidélités !
N’ai-je pas à m’assainir et à me diviniser moi-même avant de songer à assainir et à diviniser les autres !
Que lui répond la vérité ? « La timidité est aussi une souillure ; c’est même la plus préjudiciable des souillures, et celle qui peut donner naissance à tous les autres égarements ».
Prends confiance en celui qui te guide ; c’est cette confiance qui te purifiera.
Ne laisse pas éteindre ce zèle qui te poursuit ; fais qu’il ne te soit pas donné en vain : qui te garantirait qu’il se rallumât ?
Tu crains que les hommes ne profitent pas de tes paroles ! Ils sont tous dans l’indigence de la vérité.
Que sais-tu si tu ne feras pas sentir à quelques-uns de tes frères le besoin qui les dévore à leur insu ?
Peu d’entre eux sont assez gangrenés pour fuir cette vérité volontairement ; tu ne saurais calculer le pouvoir d’un zèle pur, alimenté par la confiance.
Et puis, quel est le pêcheur, qui, la ligne à la main, s’attende à prendre tout ce qui nage dans le fleuve ? Quand il a pêché quelques petits poissons pour faire son repas, il s’en va content.
Dans tous les cas, porte tes regards au-delà de cette terre passagère, où l’homme de désir est condamné à semer ses oeuvres. Elle est pour la véritable agriculture la saison des frimas et des vents orageux.
Ce n’est pas dans cette saison-là que tu dois t’attendre à la récolte.
Le laboureur ne sème que pour l’avenir ; ne vois comme lui dans ton travail que l’heureux terme de la moisson ; c’est là le moment où la terre et le propriétaire te paieront de tes sueurs.
Alors cet homme de désir se résigne et dit : « Je sais que tu es un Dieu caché et enveloppé de ta propre gloire ; mais tu ne veux pas que ton existence soit inconnue ; et tu ne cherches qu’à faire briller devant nous tes puissances, pour nous apprendre à te révérer et à t’aimer.
Sois donc le maître de ma volonté et de mon oeuvre ! Sois le maître de ceux qui viendront s’instruire à mes paroles !
Que n’es-tu le maître de tous les mouvements des âmes des hommes, comme tu l’es par tes puissances de tous les mouvements de la nature, et de toutes les régions qui n’ont pas repoussé ta main bienfaisante ! » »
Louis-Claude de Saint-Martin, Le Ministère de l’Homme-Esprit, Introduction
(Diffusion Rosicrucienne, Collection Martiniste 1992, p.17 à 20)

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized